Inauguration du premier Thierry Marx College à Souillac

Retour
27 octobre 2020
Événement

En 2020 un tout nouveau projet de formation a été inauguré par Thierry Marx avec la collaboration du Collège de Paris : le bachelor Thierry Marx a vu le jour au lycée Hôtellerie à Souillac. Cette formation rurale et innovante est une première mondiale, impulsée par le Collège de Paris et Keyce Academy avec le soutien de Cauvaldor Expansion.

« Faire pour apprendre » est la devise de la formation proposée par Thierry Marx.

Son objectif ? Former des futurs chefs cuisinier, chefs d’entreprise, initié les étudiants au management et à l’innovation. Avec l’ambition de sensibiliser ses entrepreneurs aux enjeux environnementaux et sociétaux (la cuisine équitable, les circuits courts ou le zéro déchet), le chef parisien multi-étoilé a présenté son nouveau projet de formation en collaboration avec le Collège de Paris :

La formation prépare à un diplôme professionnel, reconnu par l’Etat, enregistré au niveau 6 du Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP), avec un parcours Restauration conçu par le Collège de Paris avec les équipes de Thierry Marx pour appliquer le référentiel aux besoins spécifiques du secteur.

En septembre 2020, cette formation complète et inédite fondée sur la pratique, a eu l’honneur d’accueillir pour sa première  : 18 étudiants tous en contrat d’apprentissage dans des entreprises gastronomiques et touristiques de la Vallée de la Dordogne.

L’objectif commun est de se former à la responsabilité sociale et environnementale avancée tout en répondant aux enjeux du monde. Le Collège de Paris remercie tous les acteurs régionaux dont : la communauté de communes Causses et Vallée de la Dordogne, son agence économique, la commune de Souillac, et le lycée Hôtelier Querçy-Périgord. Une intention particulière est également dédiée au Chef Thierry Marx, pour son dévouement à l’égard de l’éducation de nos jeunes. En conclusion, nous tenons à souhaiter une très bonne rentrée à nos futurs entrepreneurs responsables.

Partager l'article